Une fille qui chante dans un bunker émeut beaucoup de monde | presse libre

Chanson pour l’esprit combatif : La vidéo d’une fille chantant une chanson du film “Frozen” dans un refuge ukrainien a été partagée des milliers de fois en ligne. Le clip peut difficilement être vérifié.

Berlin.

Un clip Internet d’une fille chantant une chanson du film Disney “Frozen” et qui se trouverait dans une cachette ou un bunker ukrainien a ému de nombreuses personnes à travers le monde.

Au début de la vidéo, largement partagée sur les réseaux sociaux, une voix de femme dit en russe : “Maintenant, elle a décidé de te chanter une chanson pour élever ta combativité. Amelia (…)”. La fille du film sourit et parle aussi le russe – ce que beaucoup de gens font en Ukraine. Puis l’enfant chante des passages de “Let It Go” en russe. Les informations sur l’authenticité de la vidéo n’ont pas pu être vérifiées.

Dans les images vidéo, la jeune fille était entourée d’autres personnes assises et debout proches les unes des autres dans une sorte de pièce au sous-sol avec des effets personnels. Certains ont fait des vidéos sur les téléphones portables.

Réactions émotionnelles en ligne

La chanteuse musicale américaine Idina Menzel a également répondu à une publication de la vidéo sur Twitter. L’homme de 50 ans a chanté la chanson dans le film Disney Frozen (2013). Lundi, elle a écrit dans un tweet avec un cœur bleu et jaune : “Nous vous voyons.” Le bleu et le jaune sont les couleurs du drapeau national de l’Ukraine.

Une des premières sources de la vidéo avec la fille est un compte avec le nom d’une femme, probablement d’Ukraine. Là, avec la date du 3 mars, il est indiqué que les enregistrements devraient provenir d’un refuge à Kiev. Cette information de la ville, cible de l’invasion russe de l’Ukraine, n’a pas non plus pu être vérifiée.

Il y a eu de nombreuses réactions émotionnelles aux images sur Twitter et Facebook. Par exemple, les gens ont écrit dans les commentaires qu’ils avaient les larmes aux yeux. Il y avait des centaines de milliers de “j’aime” sur divers messages, et beaucoup partageaient le message en ligne. (dpa)