Sprint final pour “Human Vision” – Vorarlberger Nachrichten

Dornbirn En 2022, le Vorarlberg sera à nouveau le théâtre d’un festival qui éclairera les facettes les plus diverses des droits de l’homme avec un film complet et un programme de soutien. Le sixième “Human Vision film festival” se déroule actuellement au Spielboden de Dornbirn.

Ce festival spécial a été développé au Spielboden à Dornbirn en 2016 et montre où les droits de l’homme sont violés, mais aussi protégés et célébrés. Pendant huit jours, des aperçus sur la variété des sujets seront offerts, principalement par le biais du film, mais aussi à travers d’autres formats narratifs tels que des conférences, des discussions, des expositions, des ateliers, etc., et des impulsions seront données quant à ce que chaque individu peut faire pour protéger les droits de l’homme.

“Environ 70 ONG, initiatives et institutions du Vorarlberg, en Autriche, et au-delà, en étroite collaboration avec la Plateforme du Vorarlberg pour les droits de l’homme, ont été invitées à partager ces valeurs sur leurs plateformes”, souligne-t-il. MichelFritz de l’équipe de Spielboden.

“L’égalité” comme base d’une coexistence compatissante et digne – tel est le principe directeur du “Human Vision film festival” de cette année. Un programme passionnant attend les visiteurs jusqu’au 12 mars. En plus des projections de cinéma, il existe, comme mentionné, un programme de soutien diversifié qui comprend des conférences de Marcus Bluemel au HAK Bregenz ce ​​jeudi 10 mars, à partir de 18h. La conférence offre un aperçu de la gestion solidaire et présente les approches actuelles ainsi que des études de cas sélectionnées.

L’artiste Hohenems peindra pendant le festival Assistant Lorenz trois murs au dernier étage du Spielboden. Les motifs doivent être créés en réaction aux conversations avec les visiteurs et aux impressions du programme. Chacun est le bienvenu pour rendre visite à des aides dans son atelier temporaire, pour lui parler de son travail ou simplement pour le regarder et l’accompagner pendant qu’il peint.

L’interaction est la partie essentielle de son travail. Elle doit refléter la diversité du vivre ensemble. « Je souhaite que tout le monde se reconnaisse dans mes photos. C’est exactement ce qui distingue cette résidence de ma vie quotidienne en studio. Comme tout visiteur, on me demande de sortir de ma zone de confort », souligne l’artiste qui vit à Bregenz. Ensemble, une œuvre « par nous tous » devrait être créée. L’artiste est présent tous les jours entre 16h et 20h, le 12 mars entre 18h et 19h30 il y aura une visite guidée dans laquelle Lorenz Helfer parle de son travail et répond aux questions. cth