Premier long métrage sur la poétesse juive Gertrud Kolmar : Liebe in der Pappfabrik – Berlin

Le documentaire “Herzbergmaschine” du réalisateur Sven Boeck, sorti cette année, traite de la poétesse juive Gertrud Kolmar. Elle a dû faire du travail forcé dans l’Allemagne nazie en 1941 – dans une usine de boîtes en carton à Herzbergstrasse 127, juste derrière ce qui est maintenant le centre Dong Xuan.

C’est aussi là qu’elle a rencontré son dernier amour, comme cela a été transmis par lettres à sa sœur. Une relation passionnée mais sans espoir. Kolmar est arrêté le 27 février 1943 et déporté au camp de concentration d’Auschwitz le 2 mars.

Aujourd’hui, les services hivernaux et le dégagement routier sont dans les halles. Boeck était là en 2011 alors que les salles délabrées étaient encore vides. Il ne reste plus rien de la cartonrie sur place. Le papier mâché et le carton ondulé qui y étaient principalement fabriqués ont été vendus à l’Europe de l’Est après la réunification.

Kolmar, dont l’œuvre est apparue relativement peu de son vivant, est aujourd’hui considérée comme l’une des poétesses de langue allemande les plus importantes du XXe siècle.Elle est la cousine de Walter Benjamin.

Gertrud Kolmar, 1894 – 1943 (ici dans l’exposition de Potsdam “Des vies inachevées”).Photo: ZB FUNKREGIO EST

“Herzbergmaschine” traite pour la première fois de manière intensive du séjour du poète à Lichtenberg. Les images de la Herzbergstraße sont liées à des passages de ses œuvres. La bande-annonce peut être visionnée ici. “J’ai fait mon film sans le soutien d’un fonds cinématographique ou d’une chaîne de télévision”, a déclaré le réalisateur Boeck au Tagesspiegel au téléphone. “Peut-être que le minimalisme des moyens qui en résulte a créé une certaine fragilité dans le récit cinématographique, j’ai trouvé cela approprié.”

[Mehr Kiez-Kultur immer in unserem Lichtenberg-Newsletter vom Tagesspiegel. Einmal pro Woche, ganz unkompliziert und kostenlos bestellen unter leute.tagesspiegel.de]

Commandez maintenant gratuitement

Le Medienboard Berlin-Brandebourg a classé le projet comme ne méritant pas de financement, comme me le dit Boeck. Son film n’a pas trouvé sa place dans la catégorie “Film à petit budget”. C’est une bonne chose que Boeck ait fait le film quand même et c’est ainsi que le premier film cinématographique sur Kolmar a été réalisé. En plus du film (76 min.), il y a deux épisodes d’environ 30 minutes chacun sur les proches de Kolmar. Parce que Boeck a pu localiser une nièce au Brésil.

Le film est diffusé dans des cinémas sélectionnés depuis le début de l’année et le 9 mars à 19h30 pour la première fois à Lichtenberg au Kulturhaus Karlshorst, Treskowallee 112.