Nouveau au cinéma – “La Mif” : Ce film n’a pas besoin de professionnels – culture


Contenu

Dans le drame social suisse, ce sont surtout des actrices amateurs qui sont au départ. C’est ce qui rend le film si impressionnant.

« La Mif » est de l’argot français et signifie « famille ». Les résidents de la maison de jeunesse expliquent cela à la responsable de la maison Lora ( Claudia Grob ). Beaucoup de filles ont trouvé quelque chose comme une famille pour la première fois dans cette maison.

Légende:

Claudia Grob est en fait une assistante sociale. Elle a été nominée au Prix du cinéma suisse pour son rôle dans «La Mif».

Film oryctérope

Le public n’apprend que progressivement pourquoi il s’est retrouvé ici à travers un style narratif sophistiqué. Les relations qu’ils entretiennent entre eux et avec leurs encadrants s’en trouvent également de plus en plus clarifiées.

Le réalisateur connaît l’actrice principale

L’extraordinaire : Presque toutes les actrices sont devant la caméra pour la première fois dans “La Mif”.

Le cinéaste genevois Fred Baillif s’est délibérément appuyé sur des comédiennes amateurs. Il connaît Claudia Grob, qui joue le home manager Lora, d’un précédent stage. Il y a 20 ans, Fred Baillif a suivi une formation de travailleur social.

Légende:

Les actrices amateurs ont également développé le scénario.

Film oryctérope

“La plupart des scènes se déroulent dans une vraie maison de jeunesse”, dit-il. « Un lieu qui nous a permis de travailler de manière flexible avec des actrices naturelles dans un environnement qu’elles connaissaient. Cela brouille les frontières du documentaire et le décor devient un aspect essentiel de l’histoire.»

Pas de dialogues, pas de financement

Le cinéaste s’est entretenu avec les résidents et le personnel du foyer. Ils lui ont donné un aperçu de leur vie et de leur histoire. Au cours d’ateliers d’une durée de deux ans, ils ont développé ensemble les personnages. “Les actrices sont devenues co-auteurs, pour ainsi dire.”

Il n’y avait pas de dialogue écrit pour le film, seulement l’intrigue du film et quelques lignes de frappe. Le reste c’est de l’improvisation. Cela a créé des problèmes car sans dialogue, Fred Baillif n’a initialement reçu aucun financement conventionnel pour son projet.

“Mais comme on travaillait déjà sur le film depuis deux ans et que les filles grandissaient, on a quand même décidé de tourner ‘La Mif'”, raconte Baillif.

Le tournage a finalement duré un peu plus de deux semaines. L’histoire pourrait être adaptée aux performances et aux envies des comédiennes amateurs. Avec la première version brute du film, Fred Baillif a enfin pu obtenir le financement.

coproduction


boîte ouverte
fermer la boite

La RTS a coproduit ce long métrage.

Les actrices ont été rejointes sur le plateau par trois acteurs professionnels, jouant tous des travailleurs sociaux. Deux d’entre eux ont également des antécédents réels en travail social.

“Ils ont joué un rôle clé dans l’improvisation et ont aidé les actrices non professionnelles à prendre confiance en elles”, explique le cinéaste. “Ces différents protagonistes ont tous contribué à amener différents thèmes dans l’histoire, c’est le but de cette approche.”

Légende:

Anaïs Uldry est également en lice pour un prix du cinéma suisse pour son rôle d’Audrey.

Film oryctérope

Cinq nominations aux Prix du cinéma suisse

Le résultat est touchant et impressionnant. « La Mif » a déjà remporté d’importants prix à la Berlinale et au Zurich Film Festival.

Il a également été nominé cinq fois pour le Prix du cinéma suisse. Parmi elles Claudia Grob dans la catégorie Meilleure actrice et les deux jeunes actrices amateurs Charlie Areddy et Anaïs Uldry dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle.

Mais le réalisateur Fred Baillif ne veut pas s’attribuer seul le mérite du succès du film. Il compare le cinéma à son époque de basketteur professionnel : « C’était mon travail d’aider mes coéquipiers à mieux jouer. C’est exactement ce que j’essaie de faire aujourd’hui en tant que réalisateur.”

Ses coéquipiers sont des comédiens amateurs, précise Baillif. “Mon travail est de les aider à exprimer ce qu’ils cachent parfois depuis longtemps.”

Sortie en salle : 17 mars 2022