“Euphoria” sur Sky : c’est pourquoi le drame pour adolescents en inspire tant

La chanteuse et actrice Zendaya joue le personnage principal du drame pour adolescents “Euphoria”.

© Eddy Chen/HBO Max/Les archives d’Hollywood/Imago

Vous vous demandez pourquoi “Euphoria” est actuellement si médiatisé ? En plus de l’histoire, la performance d’acteur des acteurs convainc actuellement de nombreux abonnés de Sky.

“Et la prochaine série pour ados peu profonde” peut passer par l’esprit de certains lorsque la série Sky* “Euphoria” est évoquée. Si vous décomposez l’histoire à l’essentiel, cette hypothèse est également évidente : un groupe de lycéens fait ses premières expériences avec l’amour et se querelle avec lui-même, le passé et les conventions sociales. La série n’ouvre donc pas de nouveaux mondes thématiques, mais elle captive toujours d’innombrables téléspectateurs. Ce n’est pas seulement dû au casting parfois très bon.

La protagoniste toxicomane, Rue Bennett, sera interprétée par l’actrice américaine Zendaya Maree Stoermer Coleman, qui a été acclamée par la critique pour sa performance. Selon de nombreux fans, une autre raison de regarder “Euphoria” est la proximité avec la réalité. On parle en fait peu de problèmes banals de paillettes et de glamour dans “Euphoria”.

A lire aussi : “Queer Eye” enfin aussi en Allemagne : quand la série de coaching commence – et pourquoi cela vaut la peine de l’activer

Les élèves du secondaire cherchent un sens à “Euphoria”

La série se concentre sur Rue Bennett, 17 ans, qui vient de sortir de cure de désintoxication. Cependant, sa toxicomanie est si forte qu’elle continue de dominer sa vie. Un nouvel étudiant pourrait mettre un terme à cela : lorsque Rue rencontre le transgenre Jules Vaughn (joué par Hunter Schafer), la vie de Rue semble s’améliorer. Mais Jules est sur le point de tomber amoureux d’une connaissance sur Internet qu’elle n’a jamais rencontrée. L’histoire derrière les personnages Nate Jacobs (Jacob Elordi) et Kat Hernandez (Barbie Ferreira) assure que “Euphoria” est plus susceptible d’être compté parmi les séries sombres et dramatiques. La première souffre de problèmes d’agressivité et Kat se sent mal à l’aise dans son corps, mais trouve ensuite une validation supposée dans son existence de camgirl.

La rédactrice en chef de Kino.de, Beatrice Osuji, résume la fascination de “Euphoria” comme suit : “Comme dans la première saison, “Euphoria” n’hésite pas à être brutale et sans fioritures et à dépeindre les abîmes profonds des personnages, qu’ils veulent désespérément se cacher derrière des tenues élégantes et un maquillage de fantaisie. Le fait que mes propres années d’école aient peu de choses en commun avec celles de Rue and Co. ne me dérange pas du tout. Parce que si vous cherchez du réalisme, vous le trouverez dans les personnages imparfaits.” (jg) *tz.de est une offre d’IPPEN.MEDIA.