Du nouveau sur Disney+ : L’un des meilleurs films de l’année cinéma jusqu’à maintenant en stream

Un casting étoilé, des pics violents de violence et la destruction mentale totale d’un homme cupide : c’est “Nightmare Valley” de Guillermo del Toro. Le thriller néo-noir ne sortira pas en salles avant janvier, il est maintenant sur Disney +.

Kerry Hayes/2021 Studios du 20e siècle Tous droits réservés

+++ Avis +++

“Nightmare Alley” est sorti dans les salles allemandes le 20 janvier 2022. Maintenant, moins de deux mois complets plus tard, il est déjà abonné à Disney +. Si vous aimez les thrillers psychologiques sombres, vous devriez saisir cette chance. Le dernier travail de Guillermo del Toro est non seulement nominé pour quatre Oscars (dont celui du meilleur film), mais est également l’un de mes moments forts personnels de ces derniers mois.

›› « Nightmare Alley » sur Disney+*

C’est Nightmare Alley

“Nightmare Alley” est basé sur le roman du même nom, dont la première adaptation cinématographique en 1947 est connue dans ce pays sous le nom de “Le Charlatan”. L’histoire raconte l’histoire d’un sans-abri talentueux qui rejoint un cirque itinérant et apprend les ficelles des médiums présumés afin de faire carrière. Je ne veux pas en dévoiler plus, car pour moi un grand attrait du plaisir cinématographique était de ne pas savoir dans quelle direction l’intrigue se développe.

Le thriller noir m’a d’abord saisi moins par l’intrigue que par ses nombreux personnages intéressants qui peuplent le cirque itinérant. Avec le protagoniste Stan Carlisle (Bradley Cooper), nous apprenons à connaître tous les showmen parfois plus, parfois moins grotesques.

Il y a, par exemple, le couple psychique Zeena (Toni Collette) et Pete (David Strathairn), l’homme musclé Bruno (Ron Perlman) et son compagnon constant, le court Major (Mark Povinelli). Aussi, la jeune Molly (Rooney Mara) pour qui Stan a le béguin. Le chef de cirque Clem (Willem Dafoe) a quant à lui tout l’étoffe d’un super-vilain : l’homme d’affaires oblige les sans-abri à des actes humiliants et utilise un fœtus de bébé en phase terminale préservé comme objet de décoration !

Un pimpant charismatique

Mais dans cet illustre groupe, c’est toujours Stan lui-même qui m’a le plus fasciné. Dans le rôle, Bradley Cooper dégage le charme brut d’un héros de film noir des années 1940. Il est affirmé, charmant et dégage une confiance en soi presque outrageante même dans les situations délicates.

Mais il a aussi un passé mystérieux et il est toujours clair que Stan n’est pas un héros sans faille, mais qu’il cherche ambitieusement son propre bonheur. Cette ambition prévoit alors l’un ou l’autre moment flagrant du déroulement du film : des excès brutaux de violence aux scénarios d’horreur psychologique. “Nightmare Alley” s’avère être l’ascension et la chute cauchemardesques d’un imposteur talentueux qui tombe de plus en plus dans ses propres inconvénients.

Un voyage entraînant dans la psyché narcissique d’un homme qui dessine des cercles destructeurs, encadré par une scénographie et un travail de caméra de première classe, comme on pourrait s’y attendre des films de Guillermo del Toro, et par un casting étoilé qui a encore tous les remplissages d’un si petit second rôle avec profondeur. En plus, il y a une fin aussi parfaite que méchante, qui m’a fait un effet intense même après avoir quitté le cinéma.

Nouveau sur Disney+ en mars

*Ce lien Disney+ est un lien affilié. En vous abonnant via ce lien, vous soutenez FILMSTARTS. Cela n’a aucun effet sur le prix.