Culture inclusive – Quand un handicap ne joue plus le premier rôle – culture


Contenu

Les personnes handicapées sont encore rarement engagées dans le cinéma, le théâtre et la danse. Mais il se passe quelque chose – aussi en Suisse.

“Tu es un monstre.” Avec ces mots, l’acteur Peter Dinklage, connu de la série “Game of Thrones”, est moqué dans le nouveau film musical “Cyrano”. Dinklage mesure 135 centimètres et joue et chante le héros du titre Cyrano de Bergerac.

“Le fait que les amoureux du cinéma et de la télévision soient de beaux hommes blancs n’est qu’une idée hollywoodienne à l’ancienne”, déclare Peter Dinklage. Il est temps de repenser les stéréotypes. Sa déclaration de guerre s’applique à ceux qui ne respectent pas, excluent ou même maltraitent les personnes handicapées.

Légende:

Peter Dinklage dans «Cyrano» de Joe Wright en soldat et poète malheureusement amoureux.

Universal Pictures International Suisse, Tous droits réservés

Le truc de Blanche-Neige

Dinklage a critiqué Disney en vue de l’adaptation en direct prévue de ” Blanche-Neige et les Sept Nains “. L’histoire des nains vivant dans une grotte est “damnée à l’envers”. Disney confirme désormais que les personnes de petite taille doivent être consultées.

Environ 1,7 million de personnes handicapées vivent en Suisse. Il y en a plus d’un milliard dans le monde. Les comédiennes ou danseuses en situation de handicap sont encore très rarement embauchées. Et si oui, alors souvent pour les personnages avec un handicap. La plupart du temps, même ces personnages sont mimés par des personnes non handicapées. En termes techniques, cette procédure s’appelle «cripping up».

L’accent est mis sur le handicap

Lucy Wilke, actrice et chanteuse de Munich, utilise un fauteuil roulant en raison d’une prédisposition génétique. Elle relativise : “Personnellement, ‘Cripping Up’ ne me dérange pas du moment que quelqu’un gère le rôle correctement.”

Cependant, Wilke est ennuyé que dans les films, les personnes handicapées meurent ou retrouvent la santé. “Ils sont rarement juste là, occupés avec quelque chose de complètement différent et il se trouve qu’ils sont handicapés.”

Légende:

Julia Roberts a joué un médecin en fauteuil roulant dans le film de 2014 The Normal Heart. Dans la vraie vie, l’actrice n’a pas besoin d’un fauteuil roulant. Sur la photo, Roberts aux Emmy Awards 2014, qui ont également honoré le film.

Fil IMAGO/Zuma

Les Kammerspiele de Munich ouvrent la voie

Depuis 2020, Lucy Wilke est l’une des six membres permanents de l’ensemble du Kammerspiele de Munich. L’intendante Barbara Mundel y répète le théâtre de la ville du futur.

Le projet « Des partitions qui ont façonné notre amitié» de et avec Lucy Wilke et Pawel Dudus. Les deux ont reçu le prix de théâtre “Der Faust” pour leur pièce, qui raconte avec sensibilité “être différent”.

Légende:

Lucy Wilke et sa mère forment le duo “blind & lame”. Avec le nom émoussé, ils veulent se débarrasser de la question du handicap et mettre leur musique à l’honneur.

IMAGO / Sven Simon

“Vous vous sentez impuissant”

Dès son plus jeune âge, Wilke voulait être actrice, réaliser et faire des films. Elle a postulé deux fois à l’Université de la télévision et du cinéma de Munich. Elle s’est rendue deux fois en finale. Elle a été rejetée deux fois.

Une assistante l’a appelée et lui a dit : “Cela n’a rien à voir avec la qualité de votre candidature”. Wilke pouvait déterminer quelle était la vraie raison. “Vous vous sentez impuissant lorsque vous vous heurtez à des murs, essayez fort, mais cela ne sert à rien.”

La Suisse à la traîne

En Suisse, le sujet de l’inclusion est très discuté : Pro Infirmis, par exemple, a mis en place le département “Culture Inclusive”. Tous les partenaires du label s’engagent pour l’inclusion holistique des personnes handicapées : en tant qu’artistes, en tant que public et en tant qu’employés.

Des performances et des visites guidées de musées, par exemple avec des descriptions audio et la langue des signes, sont proposées depuis longtemps en Allemagne. Mais en ce qui concerne les rôles au cinéma et les engagements sur scène, les choses semblent toujours sombres pour les personnes concernées.

La première formation continue est disponible à l’Accademia Dimitri depuis l’année dernière. Sinon, les opportunités de formation en théâtre et en danse dans les universités sont rares, et «apprendre en faisant» est généralement la seule option. Les États-Unis ou la Grande-Bretagne sont plus progressistes.

Comprendre le handicap comme une opportunité

Cornelia Jungo, née à Fribourg, a également acquis une expérience scénique. Le danseur en fauteuil roulant est né avec une maladie des os de verre. Pour trouver un équilibre à toutes les thérapies, elle a participé à un atelier « BewegGrund » à la fin de la vingtaine. L’association inclusive a été fondée en 1998 par la danseuse Susanne Schneider à Berne. Une nouveauté suisse.

Légende:

Cornelia Jungo (à gauche) dans le projet « Les gens entre eux », une collaboration entre « BewegGrund » et le Zentrum Paul Klee.

Matthias Dömötör / BewegGrund

Jungo s’enthousiasme : « J’ai réalisé que le fauteuil roulant ne m’enlève pas ma liberté de mouvement, mais au contraire me la rend. J’étais un membre égal d’un ensemble. Cela m’a donné confiance.” Depuis lors, Jungo danse dans les productions “BewegGrund”.

Plus de participation requise

Dans la dernière production, la chorégraphe Vanessa Cook l’a remarquée. Maintenant, Cornelia Jungo danse avec des professionnels pour la première fois. Il faut du courage, de la patience et de la ténacité pour être visible, dit-elle. Et il faut du courage en politique, dans les universités, dans les théâtres et dans le cinéma.

Cornelia Jungo souhaite “que nous puissions enfin avoir notre mot à dire dans la discussion sur les personnes handicapées”. Aujourd’hui encore, les décisions sont encore largement prises par des personnes non handicapées.

avis d’événement


boîte ouverte
fermer la boite

Cornelia Jungo joue dans la pièce “Run” de Vanessa Cook dans le cadre du “Beta Stage Festival” à Berne :

  • Vendredi 11 et 18 mars à 21h
  • Samedi 12 et 19 mars à 20h
  • Dimanche 13 et 20 mars à 17h