Critique de Williams – Biopic avec Will Smith – film plus critique – magazine en ligne pour le cinéma, le cinéma et la télévision

Un biopic sur les sœurs Williams – bien sûr ! Après tout, ils font partie des athlètes les plus connus et les plus performants de l’histoire, qu’ils soient hommes ou femmes. Tous deux ont réussi à écrire l’histoire du tennis, à gagner le cœur de milliers de fans et à rester sur le terrain. Mais une sur son père ? La plupart d’entre eux ont probablement haussé les sourcils avec scepticisme. Pas étonnant que quiconque n’a jamais traité de l’enfance des deux talents exceptionnels n’aura probablement aucune idée du rôle majeur que Richard Williams a joué dans leur parcours de carrière sans précédent.

par Mara Hollenstein-Tirk

Il n’est donc pas surprenant que lorsque vous regardez le dernier travail du réalisateur Reinaldo Marcus Green, il devient rapidement clair d’où est venue l’idée de raconter l’histoire en mettant l’accent sur le père. Une idée qui s’avère finalement être à la fois une bénédiction et une malédiction. Une bénédiction d’une part, car Will Smith dans le rôle de Richard Williams est à nouveau capable de tendre ses muscles d’acteur afin de prouver une fois de plus de manière impressionnante, après des films comme “The Pursuit of Happyness” et “Ali”, qu’il est tout aussi bon dans les grands drames comme il l’est dans les blockbusters explosifs. La nomination aux Oscars est clairement méritée ici et même avec une victoire pour Smith, l’Académie ne serait pas faible.

Mais cela reste aussi une malédiction, surtout à la fin, alors que les carrières des deux athlètes d’exception ne décollent vraiment qu’après la grande finale, et que le spectateur n’apprend alors leur immense succès qu’à travers quelques incrustations de texte. C’est justement là que l’on souhaite que les responsables aient préféré prendre Serena et Vénus sur leur poitrine. Cependant, puisque c’est le seul moment où vous prenez la décision de vous préférer KingRichard dédier, comme on dit dans le quartier, rend le cœur lourd, cette circonstance est tout à fait gérable.

Le reste du temps, on est saisi par la belle dynamique entre les acteurs, captivé par les matchs savamment mis en scène et parfois même ému aux larmes. Ce qui est un peu surprenant si l’on considère qu’il ne s’agit que du troisième travail de réalisateur de Green – et le premier à avoir été diffusé dans les cinémas locaux. Heureusement, Green semble compenser son inexpérience avec passion, car il n’y a aucun signe d’un greenhorn derrière la caméra pendant le film. C’est peut-être aussi en grande partie grâce au caméraman Robert Elswit, qui a un CV beaucoup plus impressionnant à présenter avec des dizaines de films, dont des films de premier ordre tels que “Il y aura du sang”, “The Town” et “Nightcrawler”.

Conclusion:

“King Richard” est donc un biopic complet, un drame familial touchant, une histoire inspirante sur le pouvoir de la volonté pure, affligé de quelques petits défauts ici et là, dont le plus grave, cependant, est qu’à la fin vous aimeriez en voir plus aimeriez.

Notation:



















































Note : 8 sur 10.

(84/100)

Le film est actuellement visible au cinéma.

Images : (c) Telepool